En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Actualité - Articles Ouest-France


Nombre de membres 6 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Articles Ouest-France

Juin 2019 : théâtre  -  par Ouest-France

Pour Marie-Annick, 85 ans, « la scène, c’est un vrai bain de jouvence !

Toute l’année, ils participent à un atelier improvisation théâtre à La longère à Mordelles, près de Rennes, avec la compagnie La Morsure. Vendredi 28 juin, ils étaient sur la scène du théâtre de La Paillette pour le festival Les Envolées.

theatreJuin.jpg

Reportage.

« C’est à La Longère qu’on m’en a parlé pour la première fois. On m’a proposé de faire de théâtre mais à base d’improvisation. On m’a dit, il faut se laisser aller. Tout est question d’imagination… » Micheline 89 ans est depuis quatre ans, hyper assidue à l’atelier théâtre. Proposée à la longère, à Mordelles, à l’ouest de Rennes, un lieu pour les personnes seules et les aidants, elle a tout de suite mordu à la proposition. « Les enfants savent que le mercredi matin, je ne suis pas libre. J’ai théâtre ! »

Marie-Annick, 85 ans, participe depuis quatre ans. « Je suis malvoyante. J’ai fait beaucoup de théâtre avant. Mais cette forme me convient tout à fait. Ça permet de continuer un loisir qui est vital pour moi. Et ça permet de s’ouvrir, de s’épanouir. Quand on est là, on ne pense pas à autre chose. » Tous aiment l’esprit de troupe, « si l’un de nous n’est pas en forme, la troupe s’en ressent. On est tous solidaires les uns des autres. » Gérard, 65 ans, est accompagnant, bénévole de l’association, présent pour accompagner, « faciliter la mise en confiance ».

Un objectif artistique

Ils sont une quinzaine, âgés de 40 à 92 ans, et se retrouvent le mercredi matin, tous les quinze jours, avec un objectif artistique, une création. « Car on travaille avec des comédiens, des pros. C’est une chance pour nous. »

La compagnie qui mène le projet lancé par La Paillette et soutenu par la Ville de Rennes est La Morsure. « Ce n’est pas de l’art-thérapie que l’on fait, mais une recherche autour de la dignité, explique Marie Parent, comédienne et metteur en scène. On a une vraie exigence artistique, dans une démarche humaniste. »

La méthode de travail de la compagnie n’est pas classique. « Le moteur de jeu, c’est une dramaturgie dans laquelle les comédiens évoluent librement. Ils sont auteurs et pas seulement interprètes. Il y a une dimension art brut, car certains commencent le théâtre à 85 ans ! »

« On n’est pas de vieux trumeaux ! »

Marie Parent témoigne de la capacité de travail de ses « élèves ». « Ça ramène la vie. Ils font preuve de ténacité, d’une puissance de jeu. » Et malgré la canicule, il n’a pas été question d’annuler vendredi. « On a pris des dispositions, notamment loué un climatiseur. Mais ils tenaient à monter sur scène », insiste Cyrille Baron, coordinateur

Dans Memori, présenté vendredi soir sur la scène de La paillette, il y a une multitude de personnages, Micheline raconte sa chambre, Marie-Annick une première fois. « Et je chante aussi. » « C’est un travail sur soi. Et on a tous quelque chose à faire, chacun est mis en valeur », ajoute Micheline. « On montre qu’on n’est pas de vieux trumeaux ! renchérit Marie-Annick. On peut encore être ! C’est un vrai bain de jouvence. »


Pour Marie-Annick, 85 ans, « la scène, c’est un vrai bain de jouvence !

Toute l’année, ils participent à un atelier improvisation théâtre à La longère à Mordelles, près de Rennes, avec la compagnie La Morsure. Vendredi 28 juin, ils étaient sur la scène du théâtre de La Paillette pour le festival Les Envolées.

theatreJuin.jpg

Reportage.

« C’est à La Longère qu’on m’en a parlé pour la première fois. On m’a proposé de faire de théâtre mais à base d’improvisation. On m’a dit, il faut se laisser aller. Tout est question d’imagination… » Micheline 89 ans est depuis quatre ans, hyper assidue à l’atelier théâtre. Proposée à la longère, à Mordelles, à l’ouest de Rennes, un lieu pour les personnes seules et les aidants, elle a tout de suite mordu à la proposition. « Les enfants savent que le mercredi matin, je ne suis pas libre. J’ai théâtre ! »

Marie-Annick, 85 ans, participe depuis quatre ans. « Je suis malvoyante. J’ai fait beaucoup de théâtre avant. Mais cette forme me convient tout à fait. Ça permet de continuer un loisir qui est vital pour moi. Et ça permet de s’ouvrir, de s’épanouir. Quand on est là, on ne pense pas à autre chose. » Tous aiment l’esprit de troupe, « si l’un de nous n’est pas en forme, la troupe s’en ressent. On est tous solidaires les uns des autres. » Gérard, 65 ans, est accompagnant, bénévole de l’association, présent pour accompagner, « faciliter la mise en confiance ».

Un objectif artistique

Ils sont une quinzaine, âgés de 40 à 92 ans, et se retrouvent le mercredi matin, tous les quinze jours, avec un objectif artistique, une création. « Car on travaille avec des comédiens, des pros. C’est une chance pour nous. »

La compagnie qui mène le projet lancé par La Paillette et soutenu par la Ville de Rennes est La Morsure. « Ce n’est pas de l’art-thérapie que l’on fait, mais une recherche autour de la dignité, explique Marie Parent, comédienne et metteur en scène. On a une vraie exigence artistique, dans une démarche humaniste. »

La méthode de travail de la compagnie n’est pas classique. « Le moteur de jeu, c’est une dramaturgie dans laquelle les comédiens évoluent librement. Ils sont auteurs et pas seulement interprètes. Il y a une dimension art brut, car certains commencent le théâtre à 85 ans ! »

« On n’est pas de vieux trumeaux ! »

Marie Parent témoigne de la capacité de travail de ses « élèves ». « Ça ramène la vie. Ils font preuve de ténacité, d’une puissance de jeu. » Et malgré la canicule, il n’a pas été question d’annuler vendredi. « On a pris des dispositions, notamment loué un climatiseur. Mais ils tenaient à monter sur scène », insiste Cyrille Baron, coordinateur

Dans Memori, présenté vendredi soir sur la scène de La paillette, il y a une multitude de personnages, Micheline raconte sa chambre, Marie-Annick une première fois. « Et je chante aussi. » « C’est un travail sur soi. Et on a tous quelque chose à faire, chacun est mis en valeur », ajoute Micheline. « On montre qu’on n’est pas de vieux trumeaux ! renchérit Marie-Annick. On peut encore être ! C’est un vrai bain de jouvence. »


Fermer Fermer

Publié le 05/07/2019 11:51   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Rubriques

Derniers billets

05/07/2019 11:56
Eté 2019 ...
05/07/2019 11:51
Juin 2019 : théâtre ...
24/05/2019 11:26
Portraits croisés ...
13/05/2019 09:13
Mai 2019 ...
13/05/2019 09:09
27 avril 2019 ...
03/03/2019 12:23
2 mars 2019 ...
03/03/2019 12:17
20 février 2019 ...
03/03/2019 12:14
28 janvier 2019 ...
03/03/2019 12:12
24 janvier 2019 ...
03/03/2019 12:07
23 janvier 2019 ...

Calendrier du blog

06-2019 Juillet 2019
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Vous êtes ici :   Accueil » Actualité » Articles Ouest-France